Maggio 17, 2022

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

L’écrivain de science-fiction Valerio Evangelisti est mort

Auteur de plusieurs cycle romaniques, Valerio Evangelisti est mort, le 18 avril, à 69 ans, à Bologne, cette ville universitaire d’Emilie-Romagne, bastion de la gauche italienne à laquelle il était si attach L’écrivain se sera affermaé au cours des trente dernières années come l’un des grands phénomènes de la littérature de science-fiction, de fantastique et d’horreur, avec une influence débordant largement au fil’ terrain du tempines son . Sa trilogia Le Roman de Nostradamus (Payot, 1999-2000) se hissa, en effet, au rang de best-seller dans la Péninsule.

Lire italiane: Articolo réserve à nos abonnés « Le Fantôme d’Eymerich », de Valerio Evangelisti : stazione Roma 1378, capolinea multivers

Né le 20 juin 1952, a Bologna, diplomé de sciences politiques à 24 ans, avec une spécialisation en histoire, Valerio Evangelisti fut enseignant et fonctionnaire des finances publiques. Il se consacra pleinement à l’écriture à partir de 1993, après le prestigieux prix Urania, decerné à Nicolas Eymerich, inquisitore (Rivaggi, 1998). Ce premier roman, après plusieurs essais historiques, inaugure une superbe saga en douze volumi mettant en scène, dans des aventures historiques et surnaturelles, un terrible inquisiteur dominicain librement inspiré de son homonyme’ (1 urel-1399) Direttorio Inquisitorio.

Noirceur pedagogico

En 2016, devant un parterre de lectrices et de lecteurs assemblés en visioconférence dans une librairie parisienne, Valerio Evangelisti confessait, en souriant, apprécier tout particulièrement « la creazione di personaggi que l’on aime détester ». L’inquisiteur Nicolas Eymerich lui-même, bien sûr, mais aussi Pantera, l’ambigu chaman pistolero arpentant l’Ouest américain de la guerre de Sécession et des années de naissance du capitalisme des « baroni voleurs » (dan Bandiera nera et Antracite); les pirates hauts en couleur et en cruauté de sa trilogie caraïbe (2008-2012), o encore les syndicalistes « jaunes » et corrompus de ses deux romans ouvriers états-uniens : Nous ne sommes rien, soyons tout (Rivages, 2008) et Prezzi di grèvepublié en France par les éditions Libertalia en 2020, costituente d’impressionnants témoignages de cette volonté de leur auteur, et de sa noirceur si profondément pédagogique.

READ  Com'era veramente Time X per i Bogdanov?

Ce n’est pas par hasard si ce fondateur, en 2004, du webzine littéraire engagement Carmilla in linea, incarna par ses œuvres, en 2008-2010, le courant du nouvel épique italien, aux côtés de ses compatriotes Carlo Lucarelli, Massimo Carlotto, Giuseppe Genna ou Marcello Fois. Théorisé par ses amis bolognais du collectif Wu Ming, ce courant ambitionnait, pour semplificar, de doter la littérature populaire de nouvelles mythologies politisées.

Il vous reste 36.76% de cet article à lire. La suite è riservata agli amici.