Febbraio 21, 2024

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

Pourquoi certees personnes en bonne santé décèdent du Covid-19 ?

Pourquoi meurt-on du Covid-19? Pourquoi certees personnes jeunes et sans comorbidités décèdent-elles de la maladie alors que d’autres, plus âgées, sopravvissuto ? C’est à ces ambieuses question que le médecin et chercheur français, Paul Bastard, a voulu saggier de répondre. Ce pédiatre, membre du laboratoire de recherche Imagine à Paris, a participé à deux études majeures publiées dans Scienza, qui montrent que 15% des form graves de Covid-19 s’expliquent en fait par la génétique. 22 varianti toccano 8 gènes différents ont un effet délétère sur la réponse du système immunitaire contre le Covid-19. Des travaux qui lui valent aujourd’hui le Prix Science for Immunology 2022. Intervista.

Sciences et Avenir : “Pourquoi meurt-on du Covid-19?“, en voilà une vaste question à laquelle vous avez voulu répondre. Pourquoi avez-vous décidé de vous attaquer à ce sujet ?

Paolo Bastardo: Lorsque la pandémie a démarré, je travaillais en tant qu’interne dans les hôpitaux de Paris. Rapidement, il a fallu répondre à l’afflux de Patients infectés par le Covid-19. Ma femme travaillait alors à l’hôpital Lariboisière, qui avait besoin de renfort et où je suis venu comme beaucoup d’autres prêter main forte. Su s’est retrouvés face à un nouveau type de Patients, sans comprendre pourquoi Certains faisaient des formes graves et en mourraient alors qu’il n’avait pas de comorbidités comme le diabète ou l’obésité.

Commenta avez-vous lancé vos recherches ?

J’étais à l’époque en train de faire une thèse de sciences – en parallèle de mes études en médecine – à l’Institut Imagine avec les Prs Jean-Laurent Casanova et Laurent Abel de l’Institut Imagine à Paris (hôpitaler- Enfants malades, AP-HP). J’essayais de comprendre pourquoi certe infezioni étaient plus tombe chez certes que chez d’autres. Je travaillais déjà depuis deux ans sur les prédispositions génétiques aux infezioni virali sévères, qui toccante souvent des enfants. Atteints de défauts génétiques, ils n’arrivent pas à se défendre face à certees infezioni. Nous avons alors choisi de poser la même question pour le Covid-19.

A l’époque, la France entre en confinament et se met brusquement à l’arrêt. Quelles solutions avez-vous trouvées pour mener vos travaux ?

Nous étions en plein confinamento, tout était fermé. Jean-Laurent Casanova avait lance un consorzio per reclutare pazienti mais aucun transporteur d’échantillons n’était disponibile. C’est donc moi qui suis allé d’hopital en hôpital à vélo, dans les services de réanimation de Paris et de la proche banlieue pour récupérer les échantillons sanguins. Je les rangeais dans des boîtes spéciales dans mon sac à dos et je traversais un Paris desert sur mon deux-roues. Une fois arrivées au laboratoire, il fallait extraire l’ADN des échantillons, puis le séquencer. Nous avons entamé ces travaux en faisant participer des médecins dans plus de 40 pays avec des cohortes énormes. Sans eux, rien de tout cela n’aurait été possibile.

READ  Cioccolato o dolore al cioccolato? La scienza chiude il dibattito

Jean-Laurent Casanova de l’Institut Imagine et de la Rockefeller University lancia il COVID Human Genetic Effort (CHGE) ainsi qu’une collaboration avec le Howard Hughes Medical Institute di New York per sfruttare le analisi ADN. Qu’avez-vous pu osservatore sur ces échantillons ?