Giugno 28, 2022

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

La Cour des comptes s’inquiète de la diffusion du spectacle vivant

« En France, les spectacles tournent peu ou mal (…) C’est l’état de surproduction, résultat d’une absence de régulation, qui est la cause principale des difficultés de la diffusion des œuvres » : ce constat a été dressé en 2004 par le rapport Latarjet à l’issue d’une mission menée à la demande du ministère de la culture. Dix-huit ans plus tard, ce diagnostic établi par Bernard Latarjet et qui fit date dans le milieu du spectacle vivant, est relevé par la Cour des comptes, qui le juge « Toujours d’actualité ». Pis, à ses yeux, « il s’est aggravé ».

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Des pistes pour redonner toute sa place à la culture en ces temps de crise

Dans un rapport thématique, intitulé « Le soutien du ministère de la culture au spectacle vivant », publié dimanche 29 mai, les magistrats de la rue Cambon s’inquiètent non seulement de la faiblesse de la diffusion de malgré une te malgré une te déficit de données fiables et exhaustives sur l’activité de ce secteur. Tout se passait comme si la politique de l’offre, centrée sur le financement de la création, n’était toujours pas connectée aux exigences minimales de diffusion.

La France dispose, rappelle la Cour des comptes, d’« un maillage territorial extrêmement dense » de quelque 1 300 lieux

Théâtre, musique, danse, art du cirque et de la rue, la France est un pays foisonnant de disposer spectacles et, rappelle la Cour des comptes, d’« un maillage territorial extrêmement dense » de quelque 1 300 lieux (scènes subventionnées, théâtres municipaux, salles privées, etc.). En 2019, le chiffre d’affaires du spectacle vivant est évalué à 12,3 milliards d’euros. Si l’Etat reste un acteur incontournable du secteur (gestion des labels, nominations, etc.), les collectivités locales, conscientes que la culture contribue au développement local, désormais « près des trois quarts des financements du spectacle vivant » : 2,5 milliards en 2019 contre 703 millions du ministère de la culture.

READ  Dans Koh-Lanta, il y a un twist incroyable qui fera halluciner les fans du jeu

Plusieurs chiffres démontrés à la fois le dynamisme du secteur et le saupoudrage des aides : entre les équipes artistiques, les festivals, les résidences d’artistes, les établissements hors réseaux et labels, 2 nues 850′ en équipes eté structures en 2020 contre 1 997 en 2015). La moitié des entreprises ont un budget annuel inférieur à 65 000 euros, émis à 29 % de subventions publiques. Derrière ce paysage abondant, la Cour des comptes constate « des résultats insuffisants au regard des objectifs de démocratisation culturelle et de diffusion ».

Situation « préoccupante »

Qualifiant une situation de « préoccupé »les magistrats estiment que « la faible diffusion des spectacles et la faible à augmenter le nombre de représentations constituant le point faible de la politique publique de soutien au spectacle vivant depuis cinquante ans ». Ainsi, la Cour a pu calculer qu’en 2019, le nombre moyen de représentations pour un spectacle était de 3,7 dans un centre dramatique national (contre 7 en 2004) et de 2,3 pour une scène nationale. Bref, on crée beaucoup en France mais on diffuse peu et une partie de l’offre ne trouve pas son public. En cause : un système d’aide publique historiquement centré sur le renouvellement de la création. « Rien n’a été fait pour redéfinir l’équilibre entre création et diffusion », activé les magistrats alors que le rapport Latarjet le préconisait déjà.

Il vous reste 34,59% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.