Aprile 18, 2024

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

Wrath of the Gods – Vérifiez ceci (à coup sûr) enterre le Sniderverse

Wrath of the Gods – Vérifiez ceci (à coup sûr) enterre le Sniderverse

Un éclair de gêne

Les quinze premières minutes de Shazam 2 Il ose tellement le pire des blockbusters de super-héros enfantins qu’ils devraient facilement devenir un cas d’école d’anatomie. À la vue d’Helen Mirren et Lucy Liu en méchantes mal déguisées, on se demande par quoi les deux actrices étaient obsédées, et nous sommes avec lui. Nous avons commencé sur Le tunnel du désir et du déjà-vutandis que les stars sont obligées de jouer comme des répliques de Shakespeare à cordes Z, tout en restaurant un autre McGuffin magique.

La gravité de la situation est bien sûr contrebalancée par un montage ringard et semi-post-moderne de notre héros en pleine crise existentielle, avant qu’il ne vienne au secours du pont (en 2023 !) pour valider le rôle de son groupe de personnages dans Barely a Bite. À partir de là, les termes du long métrage Le profond ennui que son typage algorithmique causerait au fil du temps. ou du moins, jusqu’à ce qu’un spectacle, laid comme nanardesque, vienne s’interposer à la fin du premier acte.

Dis-moi que tu es ringard sans me dire que tu es ringard

On s’est dit cette tête flottante Thor 4 ou MODOKAnt-Man 3 a déjà amené le genre à toucher le fond de son cynisme supposé, mais ce court extrait confirme une tendance :Un retour sans entraves au cinéma américain de super-héros. Peu importait que ce projet mort-né appartienne à l’univers élargi qui n’a jamais pu se remettre sur pied. Marvel et DC sont maintenant dans le même panier, prenant leurs histoires mourantes plus au sérieux que jamais. Pourtant, au sein de ce récit léthargique qui se moque régulièrement des lâches de classe B, la crise d’identité du genre semble s’articuler à travers ces purs coups de foudre inexplicables, dont on pourrait jurer qu’ils sont sortis du début des années 2000 et du “camp”.Électre ou une 4 génial.

C’est dire à quel point cette suite se cherche, plongeant dans les travers plus ou moins évités par son prédécesseur. Shazam First Name était (trop) loin de l’histoire originelle inventive, mais il a laissé ces passages obligatoires en arrière-plan, afin de se concentrer sur ce gamin oisif à travers sa condition d’orphelin. Il a suffi d’une scène aussi simple que terrifiante, dans laquelle Billy Batson subit de plein fouet la désapprobation de sa mère biologique, pour imposer à ce morceau preppy un semblant d’esprit qui manque si cruellement à celui-ci. La colère des dieux.

Shazam !  La colère des dieux : Photo de Lucy Liu, Helen MirrenQuand tu es si fier de ton grand club

Dans le noir, nous t’entendrons crier

Bien sûr, on peut prendre du recul sur cette débâcle compte tenu de la situation compliquée dans les coulisses de Warner. Annulation de Snyderverse, ajustement DC, pleurnicherie de Dwayne Johnson qui a empêché une confrontation entre Shazam et Black Adam… Autant d’arguments ou d’excuses qui – on l’oublie souvent – n’ont d’importance que pour les nerds comme nous. Cependant, ces fréquences et d’autres dans la veste sont ressenties à chaque seconde Shazam 2au point Révélant sa vraie nature de patchwork givré Plus personne n’y croit.

READ  Quinté PMU - Pronostic du PRIX GENERAL DE ROUGEMONT 27 mars 2022

Les personnages, dont les contours du premier film promettaient un approfondissement minimal, sont réduits à un seul trait de caractère (fêtarde, slob, exploratrice…), alors que leur dynamique conflictuelle de jeunes super-héros devrait être au centre. hors de l’équation. Du coup, le film ne sait jamais quoi faire de sa caméra lors des dialogues ou des séances de groupe, déjà surchargés. Histoire malheureusement embarrassante (Consultez la date antérieure pour cette sortie traitée en deux secondes par Brilliant Digger).

Shazam !  La colère des dieux : Photo de Rachel ZeglerFaites un don pour sauver la carrière de Rachel Ziegler

En même temps, le meilleur élément narratif présenté par le scénario n’est autre que le placement de produit le plus effronté depuis une canette de Pepsi la seconde guerre mondiale, permettant de jauger les priorités des décideurs de Warner. le centre de son majeur le plus visible en direction du spectateur, Shazam 2 C’est avant tout une série de clichés Mettre fin sans aucune inspiration.

Qui pense encore que c’est cool de transformer son film en juke-box avec Bonnie Tyler et les Beastie Boys ? Ce qui est encore en vogue peut se contenter d’effets visuels approximatifs, dont la principale réussite reste le déplacement des bâtiments à la mode, la dimension miroir Dr Strange ? Qui ose encore raconter une histoire de super-héros qui malgré elle rend hommage à Film Les Simpson ? Et surtout, qui peut effacer leur galerie obligatoire de mythes en faisant littéralement Wikipédia, comme un mauvais élève ?

Shazam !  La colère des dieux : photoPlacement précis des produits

Stupidité artificielle

L’ironie serait presque piquante, beaucoup La colère des dieux C’est une autre combinaison de symboles balinais, similaire à une émission pour enfants qui serait persuadée de copier et coller en cas d’urgence. De la dernière camée aux scènes de crime post-publiques, le film essaie aussi vite qu’il peut de se mettre en ligne, de se heurter au meilleur à chaque occasion.

READ  « Normalement, je ne dois plus être là » : Gérard Vivès en dépression après son grave accident sur TF1

A force de tout sacrifier au profit des mêmes scènes d’action vues des centaines de fois, les enjeux s’effondrent sous le poids de l’ennui. Zachary Levi pourrait tenter d’amuser la série avec l’énergie insoutenable d’un coup de teckel ivre, et rien ne peut sauver le sentiment de se confronter au travail d’une intelligence artificielle nourrie depuis vingt ans de blockbusters de super-héros.

Shazam !  La colère des dieux : Photo, Zachary LeviIl y a des claques qui se perdent

C’est plus triste que ça Shazam 2 Cela ne peut pas faire oublier complètement les humains derrière. de son court métrage Éteindre les lumières, DavidF. Sandberg n’a jamais perdu de vue ses origines de réalisateur, et son humilité de maker, qu’il commente encore sur sa chaîne YouTube. Bien qu’il soit le premier à admettre que l’industrie hollywoodienne exige des compromis et du conditionnement, il a continué à insuffler un peu d’ingéniosité et de “bricolage” dans sa grande plate-forme,Annabelle 2 d’abord Shazam.

Il est très malheureux de le voir à la barre de ce Titanic pas très glorieux, incapable d’engager le navire dans n’importe quelle direction, sauf l’abîme. La satire ne tue peut-être pas, et on le voit bien alors que le cinéma de super-héros continue d’affronter sa mort, annoncée par certains il y a plusieurs années. dans tous les cas, Shazam 2 Cela prouve que ce type est définitivement maladeoù le résultat annonce le stade terminal d’un cancer qu’il convient d’arrêter en soins palliatifs.

Shazam !  Wrath of the Gods: affiche française