Luglio 3, 2022

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

les question qui se posent après l’expulsion des diplomates Français de Russie

MESSA A FUOCO – En représailles au renvoi de ses propres agent en avril, Moscow and ordonné mercredi à 34 diplomaticts Français de quitter le territoire russe dans les quinze jours.

Per il personale dell’ambasciata di Francia a Mosca, la decisione del Cremlino è tomba senza sorpresa. À l’issue d’une audience avec l’ambassadeur de France le 18 mai, la Russie an annoncé l’espulsione di 34 diplomati francesi, sommés de quitter le territoire dans les quinze jours. Une réponse au renvoi mi-avril de 41 agent russes a Parigi, et annoncée de pair avec le renvoi de 24 diplomates italiens et 27 espagnols.

Depuis le début de l’invasion en Ucraina, le espulsioni diplomate contre diplomate entre l’Europe et la Russie se sont succédées par vagues, un procédé traditionnel dans les us et coutumes de la diplomatie internationale.

Qu’est-ce qu’une expulsion diplomatique ?

Dans les règles diplomatiques établies par la convention de Vienne nel 1961, un diplomate étranger peut être à tout moment déclaré persona non grata par l’État auprès duquel il est accrédité. L’expulsion, en revanche, s’incrit hors du champ du droit international. Concrètement, l’ambassadeur, convoqué, se voit donner une liste de noms accompagnée d’un délai en jours ou en semaines pour quitter le territoire. La decisione est généralement suivie d’une mesure de reciprocité.

Pourquoi la Russie répond-elle tardivement à l’expulsion de ses propres agent ?

Cette réponse de Moscou survient plus deux mois après le renvoi de 41 diplomates russes, qui avaient été taxés d’espionnage par Paris. Elle avait répondu bien plus tôt à l’Allemagne (40 diplomats allemands expulsés le 25 avril) et la Grande-Bretagne (23 diplomates britanniques renvoyés le 17 mars). «Difficile de savoir si ce délai est dû à une réflexion en haut lieu au Kremlin o une semplice temporalité burocratique», explique Jean de Gliniasty, direttore della ricerca a l’Iris et antico ambasciatore a Moscou. «On peut aussi supr, éventuellement, une volonté de sauvegarder un échange politique avec la France, ainsi que l’Italie et l’Espagne». Un ritardo qui commençait presque à «devenir gênant pour les trois pays concernés», fait remarquer l’ancien diplomate.

READ  85 morti nell'attentato all'aeroporto di Kabul

Pourquoi 37 seullement contre 41 ? Cette différence est propornelle, selon Jean de Gliniasty, au plus faible l’effectif de l’ambassade de France a Moscou. «L’ambassade russe a Parigi a beaucoup plus de diplomates que la nôtre à Moscou, qui n’en compte que 80 environ».

Qui sont les diplomates concernés ?

Côté français, les renvois touchent principalement les agent des services économiques régionaux, mais aussi la cancelleria (état-major de l’ambassadeur) et la mission militaire. L’attaché de défense n’est pas concerné, ni le consolat. «Il est quasiment certo que la liste a été établie en interne, par l’ambassade de France elle-même, avant que les Russes ne la remanient à leur idée», confido au Figaro una fonte diplomatica a Mosca. À titre d’exemple, l’attaché chargé de l’aéronautique, secteur soumis aux sanzioni europee, figure sur la liste selon le Mondemais pas son homologue en charge de la coopération space.

VOIR AUSSI – La Suède annonce l’expulsion de trois diplomates russes

Pourquoi l’Élysée estime-t-elle la décision illégitime ?

«La decisione delle autorité russes ne repose sur aucun fondement légitime», a réagi mercredi le Quai d’Orsay. La France pourtant ne renvoyait-elle pas elle-même mi-avril quelque 41 agenti travaillant sous couverture diplomatique ? Certes, mais ceux-ci avaient une activité d’espionnage, assurait-on alors à l’Élysée. Leur identificazione était, assurait-on, le résultat d’une longue enquête de la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), chargée du contre-spionnage.

Au sujet de ses propres agent, Paris soutient que «il lavoro dei diplomati e del personale di notre ambassade en Russie s’inscrit à l’inverse pleinment dans i cadre de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques et consolaires».

Peut-on rifiuta une espulsione?

En response à la décision de Moscou le 18 mai, l’Espagne a déclaré dans un comunicato «respingente» cette espulsione. «Techniquement, je ne vois pas comment contester une telle decisione», commente Jean de Gliniasty, rappelant qu’un diplomate ne peut remplir ses fonctions qu’à partir du moment où il reçoit l’approbation des autorités locales, via la fameuse lettre de créance. Sur ce sujet, la Convention de Vienne explique dans son articolo 9 que «si l’État accréditant rifiuta l’esecuzione o l’esecuzione pas dans un délai raisonnable» la déclaration d’une persona non gratal’État accréditaire wastera tout simplement «de reconnaître à la personne en cause la qualità de membre de la mission».

Ce geste est-il inedit ?

Les expulsions diplomatiques entre la Franque et la Russie ne sont pas nouvelles. Les dernières remontent à l’affare Skripal it 2018, cet ancien agent russe réfugié à Londres et mystérieusement empoisonné au Novitchok. À l’époque, quatre diplomates russes avaient été expulsés. «Les mesures d’expulsion sont bien plus courantes qu’on ne le pense dans la vie diplomatique. Neanmoins, la plupart d’entre elles se font en toute discrétion, pour preserver les liens politiques. La decisione prend une tout autre nature lorsqu’elle s’accompagne d’un fort retentissement public», spiega Jean de Gliniasty.

Les expulsions réciproques dans le cadre de la guerre en Ukraine sont toutefois inédites par leur ampleur, jamais vue depuis l’affare Addio it 1983. Un agent double en Russie avait allors fourni à la France une liste d’une cinquantaine d’agents russes, tous expulsés à grand bruit. «Il presidente François Mitterrand a donné à l’affaire l’écho nécessaire pour donner un gage aux Américains, inquiets de la forte presenza di comunisti dans son gouvernement», souligne le chercheur à l’Iris.


VOIR AUSSI – Ucraina: plusieurs diplomates russes déclarés “persona non grata” auprès de l’UE