Aprile 21, 2024

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

Et si la famille royale anglaise cachait un trésor inestimable des Romanov ?

Et si la famille royale anglaise cachait un trésor inestimable des Romanov ?

Il y a l’étrange « disparition » de Kate Middleton depuis son opération abdominale. S'ajoutant au silence de plomb qui entoure la santé du roi Charles III, atteint d'un cancer. Rappelons également que feu Elizabeth II a décidé de maintenir Sir Anthony Blunt, conservateur de la Crown Art Collection, à son poste à Buckingham sans ignorer qu'il était un espion soviétique… N'oublions pas non plus le scandale des subventions King. Édouard VIII du régime nazi.

La liste est longue. Bref, la famille Windsor a depuis longtemps su garder ses sombres secrets en sécurité (même si le prince Harry a dévié de la norme et a allumé la poudre à canon). Les squelettes retrouvés dans les caveaux de la famille royale britannique attirent depuis longtemps les historiens et les tabloïds. On peut donc s'étonner que l'étonnante histoire racontée dans un livre publié il y a vingt-cinq ans n'ait pas suscité davantage d'intérêt.

Le journaliste Yves Stavridis recueilli en 1999 à Marchands d'art Souvenirs de Daniel Wildenstein, patriarche de la famille la plus célèbre du commerce de l'art – dont les membres répandent toujours la lumière L'odeur du scandale, Il semble. Ce dernier recherche alors un tableau de Jacques-Louis David, pour lequel il prépare un catalogue raisonné. Il apprend que le portrait de Napoléon a été volé par le duc de Wellington, qui en fait alors don à la Couronne. Mais on ne le trouve nulle part à Windsor. En demandant de l'aide au prince Charles, Daniel Wildenstein a fait une découverte surprenante.

“Oh, ce sont les trésors de Nicolas II.”

Le futur roi l'emmène à Balmoral pour faire des recherches “Gros” Caves du château. N.-B.. Mais Wildenstein est étonné de le retrouver là “Près de 150 cartons avec des écritures cyrilliques dessus.”. « Des cartons géantset détermine, D'un spectacle [son] bureau.” La curiosité l'emporte sur l'étiquette… Qu'est-ce qu'il y a dedans, demande le prince Charles ?

“Oh, ce sont les trésors de Nicolas II. Il les a envoyés à ses cousins ​​​​en Grande-Bretagne au début de 1917 quand il a vu que les choses allaient mal.”

Le roi George V et le tsar russe Nicolas II Ils étaient cousins. Depuis leur enfance, ils passaient des vacances en famille : au château de Windsor étaient célébrées les fiançailles du futur tsar et de la princesse Alix, petite-fille de la reine Victoria. Quoi de plus naturel que d’imaginer un couple trouvant refuge auprès de George V alors qu’il pressent un danger mortel ? Par crainte de ternir la réputation de l'Angleterre – alors en guerre contre l'Allemagne – Il refuse qu'ils l'aident. Dix-huit membres de la famille Romanov furent assassinés au cours de l'été 1918.

READ  Dessin millionnaire en ligne, avez-vous gagné ?

L'année suivante, un navire de guerre de la Royal Navy évacua les membres restants (y compris la mère du tsar) de Yalta. Le vice-amiral Pridham rappelé Vingt-neuf cartons» qui voyagent avec eux. Était-ce les mêmes boîtes ? Charles a-t-il commis une erreur dans l’histoire ? Wildenstein aurait-il pu surestimer le nombre de cartons vus à Balmoral ?

Un service de table qui valait un milliard de dollars

Ce dernier rapporte que le Tsar a envoyé “Son bien le plus précieux, pour qu'ils puissent échapper aux bolcheviks.”Et les cartons n'ont jamais été ouverts. Y trouverons-nous de l’or, des icônes, des assiettes pliées et des bijoux ? Il commence par rêver de découvrir A « Le service en or, qui était l'un des plus beaux services du monde. Il a eu d'excellents services de Thomas Germain. C'est un maître orfèvre du XVIIIème siècle. génie. Thomas Germain est extrêmement rare. (…) Ils n'apparaissent quasiment jamais dans les ventes.

Une cafetière en argent du « Bijoutier des Rois, Roi des Orfèvres » a été vendue aux enchères chez Sotheby's pour environ 8 millions d'euros en 1996. Le nombre de prestations commandées par les tribunaux européens à Germain pourrait atteindre le millier. Les Romanov en possédaient plusieurs. La valeur totale dépassera facilement le milliard d'euros.

Seules quelques pièces ont vu le jour : elles furent saisies par les bolcheviks en 1917, vendues, et certaines se retrouvèrent dans des musées américains ou européens. L'oligarque Calouste Gulbenkian est devenu particulièrement riche Centre de table en argent A Moscou en 1930, provenant des collections impériales, que l'on peut admirer au musée du même nom à Lisbonne.

READ  Oscar Kokoschka, un miracle terrifiant

Le tsar Nicolas II et la famille impériale russe en 1917. | Division Laskey/Getty Images Via Wikimédia Commons

Quand les bolcheviks vendaient les bijoux impériaux chez Christie's

Quant au sort des bijoux Romanov, il reste un immense mystère puisque la plupart des pièces ont disparu. Les bijoux créés entre le XVIIe et le XXe siècle étaient si nombreux qu'il n'était pas possible de tous les énumérer. Au moment de sa déposition, la famille impériale russe était considérée comme la plus riche d’Europe. Gros morceau Des réserves d'or du Trésor Empire introuvable.

En 1927, l'Union soviétique renfloue ses caisses en vendant aux enchères Christie's 124 objets des collections impériales, dont les détails peuvent être consultés Dans le catalogue de vente Conçu pour cet événement. Diadèmes, couronnes et bijoux Ils sont répandus en Europe et aux États-Unis…On le retrouvera même aux Philippines, dans ses coffres Demelda MarcosHomme politique et épouse du dictateur Ferdinand Marcos.

Daniel Wildenstein Non “Je n'ai plus jamais entendu parler de ces boîtes.”il a écrit en 1999, ajoutant qu'il en serait ainsi “Le moment est venu pour la reine d'Angleterre de restituer à la Russie les trésors des derniers Romanov.”.

Bien qu'il n'ait mentionné aucune date dans le livre, il a précisé que sa découverte était accidentelle. “Cela remonte à l'époque où Brejnev régnait avec sa bande de gangsters.”. À tel point que Catalogue David Raisonné Publié par Wildenstein en 1973, on peut en déduire que la scène se serait déroulée au début des années 1970.

Étrange silence et témoignage raisonnable

Cette annonce passionnante est-elle vraiment passée inaperçue ? Le témoignage du commerçant a-t-il été jugé moins crédible en raison de la réputation de la famille, voire de son âge avancé (82 ans au moment où ses secrets ont été révélés) ? Le morceau Balmoral Chest est devenu plus cool. Le témoignage de Wildenstein n'a été mentionné dans un article qu'en 2020.

READ  « Le Dernier des Juifs », une vision humaine et joyeuse de la coexistence entre communautés

Étonnamment, c'est le cas Écrit par le prince Michel de Grèce, descendant des Romanov et cousin éloigné de l'actuel roi Charles. Fasciné, il enquêta et arriva à la conclusion que Wildenstein n'avait qu'imaginé cette découverte : les administrateurs du château n'auraient jamais vu “Boîtes estampillées des armoiries impériales russes” Il confirme cependant “Le grenier de Balmoral était trop petit pour contenir de grandes boîtes.”. Mais le marchand d'art n'a jamais fait allusion aux greniers Balmoral : il prétend les avoir vus dans les caves.

Le prince mentionne un autre témoignage qu'il trouve plus acceptable. Il n'a pas non plus précisé la date de l'événement, mais il affirme que le réalisateur du documentaire qui tournait au château de Windsor a sympathisé avec cela. “Avec deux jeunes domestiques locaux qui connaissaient le château et son contenu par cœur. Ils lui racontèrent avoir vu plusieurs immenses coffres portant les armoiries impériales russes dans les caves du château de Windsor. Ils étaient absolument sûrs de ce qu'ils avaient vu. »

Balmoral ou Windsor ? Vingt-neuf ou 150 cas ? Que contient-il ? As-tu fini par les ouvrir ? où sont-ils maintenant? Pourquoi la presse britannique, réputée pour sa cruauté, n’a-t-elle pas attaqué cette rumeur ?

Conclusion surprenante du prince Michel de Grèce : “Et nous voici.” On s'étonne de son manque de curiosité après s'être vu confier de telles informations. Personne ne semble disposé à se battre avec la famille royale pour aller au fond de l’histoire. Jusqu'au jour où, qui sait, un journaliste du Daily Mail sera fier de lire Slate.fr ?