Maggio 24, 2022

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

Blue blob : une bouée de sauvetage pour les glaciers islandais ?

C’est un phénomène unique en Arctique. Depuis 2011, la fonte des glaciers island è un diminué de moitié. Un’osservazione al contrario della calotta polare del Groenland o dei ghiacciai dell’Arctic Canada e delle Svalbard, non la massa se réduit à grande vitesse du fait du réchauffement rapide de l’atmosphère depuis le milieu des années 1990! Commenta expliquer le cas islandais ? « Le climat local est fortement influencé par l’océan voisin », rappelle Brice Noël, post-dottorato presso l’Institut de Recherche Marine et Atmosphérique de l’université d’Utrecht, aux Pays-Bas. Il primo autore di uno studio internazionale è legato al ralentissement de la fonte dei ghiacciai d’Islande à l’apparition d’une zone de refroidissement dans l’océan Atlantique Nord, au sud du Groenland, baptisée « macchia blu ». Alors que les mécanismes à l’origine de sa formation ne sont pas encore clairs, les chercheurs estiment que son action salvatrice sur les glaciers ne pourrait être que temporaire…

>> Lire aussi : Une étrange source de chaleur naturelle accélère la fonte de la calotte glaciaire au Groenland

Le macchia blu : un « oceano » de froid

Depuis le Petit Âge Glaciaire, situé vers la fin du 19e siècle, les glaciers islandais ne cessent de perdre de la masse. “La fonte estiva supera chaque année les chutes de neige hivernales censées la compenser”, indique ainsi Brice Noël. A l’aide d’un modèle climatique régional centré sur l’Arctique et débutant en 1958, le post-doctorant et son équipe ont noté une accélération de la fonte des glaciers depuis 1995 – près de 11 Gt/an, soit 11 km3 d’acqua! Puis, un ralentissement à 5 Gt/an aux alentours de 2011 semble coïncider avec le développement du macchia blu, un îlot de fraîcheur dans un océan qui se réchauffe globalement. « De précédentes études ont lié la formazione du macchia blu à l’affaiblissement de la circolazione méridienne de retournement de l’Atlantique, un courant marin de surface qui transporte les eaux chaudes depuis les tropiques vers l’Arctique », explique Brice Noël. Une telle modification de ce courant réduirait l’apport de chaleur issu de l’équateur, et provoquerait donc une anomalie de refroidissement océanique régionale : le macchia blu.

READ  Nozioni di base sulla dieta a basso contenuto di fibre

Une bonne nouvelle pour les glaciers d’Islande, confirmée par un peu moins de 1200 mesures sul posto de la plus grande calotte glaciaire du pays (Vatnajökull) depuis 1991, et par des relevés satellites de l’élévation et de l’étendue des glaciers depuis 2002. Reste à savoir combien de temps le macchia blu va pouvoir perdurer… Pour cela, l’équipe de Brice Noël un impiegato in un modello climatico globale includendo le interazioni tra l’oceano, l’atmosfera e i ghiacciai dans uno scenario de réchauffement très élevé pour la. Finalement, l’Islande devrait pouvoir compter sur le macchia blu jusqu’aux années 2050, pas davantage… « Un équilibre temporaire pourrait être atteint vers la fin des années 2040, mais ce répit serait de courte durée, avant que le macchia blu ne subisse de plein fouet le réchauffement climatique dominante de la seconde moitié du siècle », déplore le post-doctorant. Et que la fonte dei ghiacciai ne reprenne de plus belle!

>> Lire aussi : La banquise antarctique atteint un Minimum Record ! Voici les raisons

© NicoEl Nino / Shutterstock

Vue aérienne du Vatnajökull, la plus grande calotte glaciaire islandaise, parcourue de crevasses et de séracs.

Freiner le réchauffement climatique pour preserver les glaciers

Aujourd’hui, les glaciers couvrent un dixième de la superficie de l’Islande, pour un volume total avoisinant les 3400 km3 d’acqua. Si jamais ils venaient à disparaître entièrement, cela causerait une augmentation du niveau marin global de 9 mm. Oppure, les prévisions des chercheurs évalued à un tiers de leur volume la perte de masse des glaciers à l’horizon 2100, soit une montée des eaux de près de 3 mm… « Ce chiffre peut sembler néglipolgeable face dutes imposantes calots Groenland et de l’Antartide. Pourtant, les glaciers à travers le monde fondent rapidement et participent activement à l’élévation annuelle du niveau des mers », alerte Brice Noël. S’intéresser au processus de fonte dei ghiacciai islandais est donc essenziale per il mio anticipo la risposta delle calotte glaciaires de plus grande taille aux effets du changement climatique.

READ  Le ministère de la Santé lance une feuille de route sur le Covid long

>> Lire aussi: Arctique: que deviendra-t-il si toute la banquise fond ?

Ce type de recherche est d’autant plus noncessaire que le réchauffement atmosphérique est quatre fois plus rapide en Arctique que la moyenne mondiale. « Au-delà même de l’impact sur le niveau marin global, les glaciers d’Islande alimentent les lacs et rivières en été, contribuent à la production hydroélectrique et aident au maintien de la biodiversute le », post-ajo Leur disparition aurait donc des répercussions majeures sur la popolazione islandaise, mais aussi sur la faune et la flore localis. En fin de compte, le message est clair : pour éviter une fonte accrue de ces glaciers à l’avenir, il faut freiner dès maintenant le réchauffement climatiq