Giugno 13, 2024

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

Au Festival de Cannes, avec « La Substance », la Croisette a été éclaboussée de liquide volant

Au Festival de Cannes, avec « La Substance », la Croisette a été éclaboussée de liquide volant

Sélection Officielle – En Compétition

Julia Ducournau quitte la Palme d’Or en 2021 Titaneà la place de Coralie Fargate, tachée de sang vengeance (2017) qui, dans la catégorie du « cinéma de genre féminin », ambitionne de frapper plus fort, plus lourdement et plus fort. La réalisatrice française entre en compétition avec son deuxième long métrage, « Drop ». Horreur corporelle (“Organic Horror”) et une coproduction américano-anglaise destinée au marché international.

Lisez notre critique de “Revenge” (en 2018) : Un film d’horreur qui met la question du sexe à l’honneur

Elizabeth Sparkle (Demi Moore), animatrice d’une émission d’aérobic, est assez âgée pour être remplacée par une candidate plus jeune, comme l’a demandé son producteur Harvey (Dennis Quaid). Elle a ensuite demandé un mystérieux protocole de rajeunissement par injection appelé « La Substance ». Après l’injection d’activation, elle se transforme mitotiquement en une version plus jeune d’elle-même nommée Sue (Margaret Qualley).

Mais au lieu de suivre le contrat – où chacun doit se relayer tous les quinze jours pour reconstituer le meilleur – ce dernier prend de plus en plus de son indépendance, provoquant, du fait du tirage de la corde, une accélération de la vision d’Elizabeth de la vieillesse, qui est progressivement remplacé par un double.

Grand dessin animé bêta

Une variation sur la disparition des actrices et la cruauté du star system, entre les deux Veille (1950), de Joseph L. Mankiewicz, W La photo de Dorian Gray (1945), Dr Albert Lewin, Sujet On comprend vite comment va tourner la métaphore : comme un tank triomphant de la culture populaire réactionnaire, les deux pieds dans la franchise, sans la moindre suggestion ni artifice. Le film ne se contente pas de maîtriser les symboles apocalyptiques, il les magnifie à la loupe.

READ  Une semaine après le Covid, la chanteuse Angèle sort son nouvel album "Nonante-Cinq" en prévision

Il en sera de même pour les intentions plâtrées, le jeu d’acteur scandaleux (Harvey est à juste titre nommé clone de Weinstein et mange des crevettes au restaurant comme un cochon), les plans trop ingénieux et les dialogues rauques. Ce disque instantanément satirique, digne d’un grand dessin animé expérimental, ne laisse à l’horreur qu’une fonction programmatique, celle de la surenchère.

Sue (Margaret Qualley) dans un film

Même un film lâche peut finir par produire une image précise de lui-même. Ici, il pourrait s’agir de l’immonde créature des injections chimiques : une masse grotesque, difforme, maladroite, d’organes mal reliés les uns aux autres, d’où le sein pourrait brusquement surgir par n’importe quel orifice.

Sujet Ce bouton semble s’effondrer sur lui-même. Mais Coralie Farget nous raconte aussi sa relation avec le spectateur : à quelques encablures de la fin, le public réuni pour une soirée festive est aspergé de puissants jets d’hémoglobine. La « substance » est le liquide qui est dispersé. Bref, tout ce qui peut retenir l’attention du spectateur.

Vous avez 5,58% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.