Agosto 18, 2022

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

quels pays appliquent déjà une taxe sur les superprofits des entreprises, en debat en France ?

Pres de 6 miliardi di dollari. C’est le bénéfice net engrangé au deuxième trimestre de 2022 di TotalEnergies, selon l’annonce faite par le groupe jeudi 28 juillet. Un bilan plus de deux fois supérieur aux gains du deuxième trimestre de l’année précédente, qui fait grincer des dents et pourrait relancer le debat sur les “superprofits”, sur fond de guerre en Ukraine et de contexte inflationniste.

D’abord soutenue par la Nupes et le Rassemblement national (RN), l’idée d’une taxe sur les “superprofitti” dei grandi gruppi avait trouvé un écho chez une partie de la majorité présidentielle et au sein du parti Les Républicains (LR), mais avait été rejetée à quelques voix près par l’Assemblée nationale, le 23 des juillet de l’exlor, loi de finances rectificative.

Sì, côté français, la cheffe du gouvernement Elisabeth Borne a fermé jeudi la porte à la taxation des superprofits, à l’étranger somes pays y réfléchissent. Et d’autres ont même sauté le pas. Franceinfo revient sur la façon dont les pays voisins de la France se sont emparés du débat.

Au Royaume-Uni, une taxe sur les bénéfices des géants pétroliers

Le parlement libéral du Royaume-Uni a légiféré fin mai. Per il finanziamento di un piano di 15 miliardi di lire (environ 17,5 miliardi di euro) per i menage più défavorisés, si paga un décidé d’instaurer une taxe temporaire de 25% sur les bénéfices des géantset du pétroaz tels que BP, après des semaines de tractation.

READ  Istruisce. Cerchi un'auto elettrica usata? Ecco 10 domande da porsi prima di acquistare

“Lorsque les prix des carburants reviendront à des niveaux historiquement plus bas, le levier sera progressivement abandonné, avec l’introduction d’une clause d’extinction dans la loi”, avait expliqué Rishi Sunak, il ministro delle finanze dell’epoca, aujourd’hui en lice pour remplacer Boris Johnson au poste de Premier ministro. Pour inciter à la transition énergétique, la misura in questione prevoit également que la taxe soit réduite à travers une “dotation à l’investissement généreuse de 80%” si les géants énergétiques visés investissent dans des énergies bas carbone.

Cette taxe temporaire doit permettre de financer un tiers des nouvelles mesures socialis, en rapportant autour de 5 miliardi di livres d’ici les douze prochains mois. Près d’un ménage sur huit, parmi les plus vulnérables au Royaume-Uni, recevra au moins 1 200 livres en 2022, e comprende un pagamento unico di 650 livres face au coût de la vie, annçait le Trénique finique britan.

En Espagne, une taxe sur les banques et les compagnies d’électricité

Le pays a sauté le pas mi-juillet, quand le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, an annoncé que des tax exceptionnelles allaient être mises en place sur les sociétés énergétiques et financières nel 2023, la popolazione nel 2024. faire face à la flambé des prix.

“Ce gouvernement ne va pas tolérer qu’il y ait des entreprises qui profitent de la crisi pour s’enrichir”‘, un assicurato il Premier ministre socialiste face à la chambre des députés espagnole. pour les compagnies d’électricité et à 1,5 miliardi per les banche.

L’annonce a été faite dans le cadre d’une série de mesures sociales prises pour protéger le pouvoir d’achat face à l’inflazione, qui a dépassé les 10% sur un an, en juin. Parmi elles figurent des aides sur les carburants, une baisse de la TVA sur l’électricité et une hausse des pensions de retraite. Pedro Sanchez riguarda il debutto juillet que depuis que les prix ont commencé à monter (…) l’Espagne a mobilisé 30 miliardi di euro” pour soutenir ses entreprises et ses consommateurs, “soit l’equivalent de 2,3% de son produit intérieur brut”.

En Italia, le grandi imprese del settore dell’energia visées

De son côté, l’Italia un annonce fin mai son intenzione di porter al 25% di tasse sui superprofitti, égalant le taux en vigueur au Royaume-Uni. Fin mars, le pays avait décidé d’instaurer par décret une taxe de 10% sur les bénéfices des grandes entreprises du secteur de l’énergie – telles que Enel ou Eni – réalisés grâce à la flambée des prix due Ukraine. “Redistribuons cet argent aux entreprises et aux familles qui sont en grande hardé”avait déclaré le Premier ministre italien de l’époque, Mario Draghi.

READ  il prezzo dell'essenza ne cessa il baisser, une aubaine per Joe Biden

Le gouvernement espère tirer 11 miliardi di euro de cette taxe. Mais l’estimation a été contestée à plusieurs riprende per le imprese, qui affermante que leurs profits ne seront peut-être pas aussi élevés que les cours du pétrole et du gaz le laissent penser. L’argent récolté grâce à ce nouvel impôt entend financer un train de misure di 14 miliardi di euro destinati all’alleger la flambée des prix de l’energie pour les menages et imprese. L’enveloppe comprende notamment un bonus de 200 euro pour 28 million d’Italiens ayant des revenus inférieurs a 35 000 euro annuels.

L’inflazione s’établissait à 8% en juin sur un an, en augmentation de plus d’un point par rapport au mois précédent, selon les données fournies par l’Istat (en inglese), institut national de statistiques italien. C’est le plus haut niveau ateint depuis janvier 1986.

En Allemagne, une reflexion en cours sur des tax sur les raffineries

Le ministre de l’Economie Robert Habeck, membro dei Verts et vice-cancelliere d’Allemagne, s’est prononcé en faveur d’une taxe sur les raffineries. Il entend présenter un texte dans les prochaines semaines, afin de s’attaquer aux profits des grandes entreprises.

Cette solution est proposée par le gouvernement allemand pour contrar l’échec de la baisse des tasse sur le carburant. Le 1er juin, le chancelier Olaf Scholz annonçait une remise exceptionnelle sur le carburant pendant trois mois, pour alléger la facture des menages face à l’aumentation des prix de l’energie. Mais l’impact espéré de ce rabais sur les automobilistes n’a pas eu lieu. “Depuis début juin, le prix du carburant à la pompe n’a cessé de grimper et se retrouvait, pour le diesel comme pour l’essence, autour des 2 euros le litre, c’est-à-dire à des niveaux standards d’avant cette mesure”rappelait franceinfo fin juin. L’inflazione atteignait 7.5% sur un an au mois de juillet, soit 0,1% point de moins que le mois précédent.

READ  Wall Street termine dans le vert après une semaine tumultueuse - 13/05/2022 alle 23:05