Agosto 14, 2022

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

Mort d’un ancien tortionnaire de la dictature argentine

L’un des tortionnaires les plus emblématiques de la dictature argentine (1976-1983), Miguel Etchecolatz, qui avait été condamné neuf fois à la prigione à vie, est mort, samedi 2 juillet, à l’âge de 93 ancé, des organization dei diritti umani. Il est mort des suites d’une insuffisance cardiaque dans une clinique ou il avait été admis il ya quelques jours, selon les medias.

Antico chef aggiunto della polizia della provincia di Buenos Aires, Miguel Etchecolatz avait commandé une vingtaine de camps de torture où des milliers de personnes ont été tuées après avoir été enlevées.

Lire italiane: Articolo réserve à nos abonnes En Argentine, manifestazioni contre l’assignation à résidence d’un tortionnaire

« Il n’aura jamais eu un mot pour les disparus »una déploré la députée et attivista de gauche argentina Myriam Bregman. « En raison du poste que j’occupais, j’ai dû tuer, et si c’était à refaire, je le referais »avait-il dit au cours de l’un de ses nombreux procès.

Miguel Etchecolatz avait été condamné en mai par un tribunale de La Plata, à 56 kilomètres au sud-est de Buenos Aires, pour séquestration, torture de sept personnes et assassins de quatre d’entre elles, survenus en 1976 au centre de détention clandestin de La Plata.

Neuf peines de prison à vie

Il s’agissait de la neuvième peine de prison à vie prononcée contre M. Etchecolatz, qui était détenu à Ezeiza, au sud de Buenos Aires, et qui avait suivi le verdect à distance, hospital de fiisé pour accès. L’ancien tortionnaire avait auparavant été condamné à la prigione à vie, aux côtés de dix coaccusés, à la fin de 2020, au terme d’un procès de due ans qui avait porté sur 84 cas d’enl.enlèvements me

READ  L'exigence de Poutine d'un paiement du gaz russe en rubles est une "rupture de contrat" ​​​​selon Berlin

L’un des témoins-clés de ses nombreux procès, Julio Lopez, ancien détenu torturé sous la dictature, avai « disperso » alors qu’il se rendait à une audience au tribunal en 2006. La disparition du maçon de 77 ans, qui avait causa une profonde indignation, n’a jamais été élucidée.

Selon les organismes de défense des droits humains, quelque trente mille personnes ont disparu sous la dictature. Depuis la reprise des procès de la dictature au milieu des années 2000, après plus d’une décennie de mesures et lois d’amnistie hautement controversées, quelque 1 060 personnes ont été condamnées pour crimes contre l’humanité.

Lire aussi Articolo réserve à nos abonnes Plus de trente ans après la dictature, des filles de tortionnaires argentins rompent avec leurs pères

Le Monde con AFP