Agosto 14, 2022

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

Mitocondri: les origines d’une oscura associazione

d’emblee, il ya longtemps qu’on a établi che la mitocondri a ses propres gènes: bien qu’elle ne puisse pas survivre à l’extérieur de la cellule, cela suggère qu’à l’origine, elle était un organisme distinto. Mais plus récemment, des séquençages des gènes des bactéries d’aujourd’hui qu’on croit être les plus proches cugines des tout premiers eucarioti —les premiers êtres vivants plus complexes— ont révélé des gènes qui ne semblent venir ni de «l’hôte» ni de «l’intrus».

Ce n’est pas juste un débat pour les secchioni de la genetica. L’arrivée de la mitochondrie est considérée en biologie comme un moment-clef de l’évolution, permettant le passage des bactéries sans noyau —les procaryotes— aux êtres vivants plus complexes —les eucaryotes— plant y compris lesimes. et les an

Le Scientifico americano rappelle qu’en 2021, le généticien de l’évolution Toni Gabaldón avait public les résultats du décodage par son équipe d’une large éventail d’eucaryotes, y découvrant des gènes qui semblaient provenir eux-mêmes d’un large éventail d’ancêtres autres que ceux présumés laactrie de la mito primitive. Une de leurs hypothèses est qu’il aurait pu y avoir, au fil du temps, plus d’une tentative de simbiose, dont seule la “nôtre” aurait réussi. Une autre hypothèse est que plusieurs bactéries auraient été absorbées au fil du temps, laissant certes de leurs gènes au passage. Dans tous les cas, “il est maintenant clair qu’il ya eu des contributi additivenelles aux deux partenaires”. Et c’est sans compter le fait que certees des structure internes de nos cellules peuvent elles aussi avoir une origine “externe”, comme les membranes des “unites”, ou organelli.

READ  Eloigner les mouches et les moustiques : l'astuce de la feuille

La biologia a un nome per ça: endosimbiosi, c’est-à-dire lorsqu’un organisme vit à l’intérieur d’un autre organismes. Dans plusieurs cas, chacun dépend de l’autre. Le fait d’avoir observé des endosimbioses qui sont plus récentes —à peine 100 million d’années ou moins — pourrait de plus permettre de mieux mesurer le temps qu’il faut à une telle “association” pour se créer et “choisir” gènes et quelles proteines deviendront indispensabili.