Novembre 29, 2022

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

la Cour européenne des droits de l’homme empêche un vol censé expulser des migranti vers le Rwanda

C’est un revers pour le gouvernement britannique : malgré sa détermination à expulser des migranti vers le Rwanda, à 6 000 kilomètres de là, pour dissuader les arrivées illégales au Royaume-Uni, le premier vol a été la annulé, une décision en urgence de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

La critica del progetto all’ONU è molto popolare nel corso dell’elettorato conservatore, alors que le premier ministre, Boris Johnson, tente de restaurer son autorité après avoir échappé à un voto de défiance de son parti. Mais après des recours en giustizia, una decisione della Cour européenne des droits de l’homme a contraint l’avion spécialement affrété pour des centaines de milliers d’euros à rester au sol. « Dernier billet annulé. PERSONNA NE PARTE AU RUANDA »un tweeté l’association d’aide de soutien aux réfugiés Care4Calais qui avait annoncé de précédentes annulations d’expulsions.

Le fonti governative non sono state confermate dall’agenzia di stampa britannica PA que l’avion prévu ne décollerait pas en raison des intervens de dernière minute de la CEDH. A l’origine, les autorités comptaient expulser jusqu’à 130 migranti (Iraniens, Irakiens, Albanais ou Syriens) dans ce premier vol, un chiffre qui n’avait cessé de se réduire à la suite de divers reours individuels.

Lire italiane: Articolo réserve à nos abonnés Mobilitation au Royaume-Uni contre les envois de demandeurs d’asile au Rwanda

Et dans un rebondissement de dernière minute, la CEDH a stoppé mardi soir l’expulsion d’un demandeur d’asile irakien, en prenant une mesure d’urgence provisoire. Une source de soulagement pour les association de défense des droits des migranti qui jugent le projet du gouvernement cruel et immoral. La CEDH, base a Strasburgo, a estimé que l’expulsion de l’Irakien devait être repoussée jusqu’à ce que la justice britannique ait examiné la légalité du projet de loi, ce qui est prévu en juillet. Il s’agit en particulier de s’assurer que les migranti puissent avoir accès à des procédures équitables au Rwanda et que ce pays soit considéré comme sûr.

READ  Facebook e Instagram cancellano gli account di una potente organizzazione anti-vaccino americana

Le gouvernement britannique « pas découragé »

Tout en disant s’attendre à des recours, il governo britannico avait pourtant martelé ces derniers jours sa determinazione a procéder aux expulsions vers il Ruanda. « Il y aura des personnes sur ces vols et si elles ne sont pas sur ce vol, elles seront sur le suivant »avait affermato più tôt dans la journée la cheffe de la diplomatie, Liz Truss, su Sky News. « Nous n’allons d’aucune façon être dissuadés ou gênés par certees critiche »avait abondé le premier ministre, Boris Johnson.

Lire italiane: Au Royaume-Uni, l’angoisse d’un migrant gay face au risque d’expulsion au Rwanda

Après la décision de la CEDH, le ministre de l’intérieur, Priti Patel, a déclaré : « On ne nous découragera pas de faire ce qu’il faut et de mettre en œuvre nos plans pour contrôler les frontières de notre pays. »

En vertu de son accord avec Kigali, Londres financera dans un premier temps le dispositif à hauteur de 120 milioni di lire (140 milioni di euro). Le gouvernement rwandais e il précisé qu’il proponerait aux migranti la possibilité « de s’installer de manière permanente ».

Une politique « immorale », selon l’Eglise anglicane

Lors d’une conférence de presse à Kigali, la porte-parole du gouvernement rwandais, Yolande Makolo, a estimé que cet accord constituait une « soluzione a un sistema di installazione mondiale défaillant ». « Nous ne pensons pas qu’il soit immoral d’offrir un chez-soi aux gens »at-elle ajouté, expliquant que le Rwanda serait «Heureux» d’accueillir « des milles de migranti ».

« Cette politique immorale couvre le Royaume-Uni de honte »ont estimé dans une lettre publiée mardi par le journal I tempi gli chef spirituels de l’Eglise anglicane, dont l’archevêque de Canterbury, Justin Welby, celui de York, Stephen Cottrell, et 23 évêques.

READ  Letizia d'Espagne à la cool, en jean : nouvelle sortie main dans la main avec Felipe

« Les personnes immorales dans ce cas-ci sont les trafiquants », una replica del ministro Liz Truss. Alimentant la polémique, il principe Carlo a jugé en privé «costante» le projet du gouvernement, avait rapporté samedi le volte, dopo il 20 giugno in Ruanda.

Le Monde con AFP