Maggio 16, 2022

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

« Je suis le premier surpris que les gens aiment autant les threads horreur », témoigne Squeezie

Pour frissonner de peur avec Squeezie, il faudra désormais allumer la lumière. Si vous êtes du style à dévorer ses vidéos threads horreur le soir sous la couette, ce sera plus difficile de le faire avec Sombre, la bande dessinée dont le premier chapitre sort ce jeudi en librairies. Le youtubeur a coscénarisé trois histoires effrayantes dont les intrigues se déroulent un soir de babysitting dans une maison inconnue, la nuit dans une fête foraine ainsi qu’en pleine colonie de vacances dans une forêt.

Prochainement, un nouveau tome sortira pour prolonger l’expérience de cet univers horrifique que compte lancer Squeezie. « Ce serait cool si on poufait créer une sorte de Chaise de poule nouvelle génération », s’enthousiasme-t-il auprès de 20 minutes.

Quel a été le moment où vous vous êtes dit que vous alliez sortir une BD dans un univers horrifique ?

On a fait 800,000 threads horreur sur la chaîne (rires) et c’est un truc qui venait souvent sur le tapis : « et si on faisait une création originale autour de l’horreur ? ». BD, court-métrage, film ? On ne le savait pas au début, on voulait créer nos propres histoires et notre propre univers. On s’est dit que la BD était la première étape la plus logique parce que c’est plus simple à mettre en place qu’un film ou qu’une série. C’était une porte d’entrée logique pour maîtriser ce que l’on faisait et arriver avec un truc solide.

Vous avez participé à l’écriture des scénarios. Avez-vous pensé aux thèmes, aux personnages, aux mécaniques ?

Ce sont plus des emplacements. Quelles mécaniques at-on envie d’utiliser ? Ce qui est cool dans une BD, c’est que si tu veux une fête foraine, elle est dessinée, il n’y a pas de contrainte d’équipe de prod qui doit faire des repérages, la trouver… Tu peux imaginer des tas de truc. Donc on se demandait quels pitchs pourraient créer de l’empathie chez les gens et être sympa visuellement. On décrivait ça cool d’avoir plusieurs environnements.

READ  cette idée jamais vue dans le jeu a étonné les internautes

Trois dessinateurs différents ont illustré les histoires indépendamment. Pourquoi ce choix ?

Personne n’est sensible au même type d’horreur. Déjà, au niveau des histoires, on ne savait pas trop quel type d’horreur allait plaire. Même choisi avec les illustrations. Il y a tellement de styles différents donc comment faire pour que les gens vivent au mieux l’histoire sans que ça ferme le délire à d’autres lecteurs ? Il fallait viser le public le plus large possible, c’est pour ça que ce sont des dessins ni trop enfantsins ni trop adultes. Il y a quand même des différences entre eux, ce qui nous permet de prendre la température et de voir ce que les gens kiffent le plus.

L’idée de la BD vous est venue des fameux fils d’horreur. Comment expliquez-vous que ce soit devenu le format le plus populaire de la chaîne ?

Je ne sais pas trop l’expliquer. Je suis la première surprise que les gens aiment autant ça. Mais en même temps, on est fascinés par les histoires parce qu’on aime tous apprendre des choses, être étonnés, les raconter à nos potes. Je pense que les histoires d’horreur se jouent sur nos angoisses, nos craintes de la vie de tous les jours. On sait que ces trucs-là existent, qu’ils arrivent autour de nous. Tu te dis « si ça me tombe dessus, est-ce que j’aurais eu la bonne attitude ? Est-ce que j’aurais pu survivre ? ». Je pense que ça exorcise nos angoisses.

Dans la version collector, on peut lire qu’il vous reste six histoires à raconter « pour clôturer le premier chapitre de Sombre ». En quoi consiste-t-il ?

Notre premier chapitre, c’est vraiment notre trilogie. D’ailleurs, on aimerait faire des spin-off de certaines histoires parce que les gens ayant lu la BD ont soif d’une histoire encore plus développée. Certaines ne se prêtent pas du tout au format 24 pages avec lequel c’est assez dur de développer une intrigue. On s’est dit qu’en plus de ces trois BD, on allait faire des spin-off d’histoires plus longues. Mais ce sera en plus. Ce serait cool si on poufait créer une sorte de Chaise de poule nouvelle génération. Il y aurait ce format avec trois et des formats plus longs avec des récits de 72 pages où l’on peut plus développer.

READ  L'acteur Tom Darmon, petit-fils de Gérard Darmon, ne veut pas jouer avec son grand-père

Et en quoi consistera le deuxième chapitre ?

On aimerait bien se diriger vers de l’audiovisuel mais c’est beaucoup plus compliqué. On sait faire parce qu’on a l’habitude maintenant mais ça reste un vrai challenge. Sur celui-là, on a des exigences énormes donc on va prendre notre temps pour qu’on se dise qu’on ne pouvait pas faire mieux au moment où ça sortira.

Vous avez prouvé qu’on pouvait être youtubeur et sortir un album, qu’on pouvait être youtubeur et sortir une BD. Que vous reste-t-il à prouver ?

J’aimerais surtout me prouver à moi-même qu’on est capable d’aller au bout de nos idées, de les rendre réelles et que les gens les aiment. Pour l’instant, je suis content. Beaucoup de gens me suivent dans tous mes projets, sont méga bienveillants, ce qui me laisse un confort énorme dans tout ce que je fais. Je n’ai pas le ventre tordu de stress et s’ils ont des remarques, elles seront applicables.

La BD a enregistré 70 000 pré-commandes. On peut parler d’un vrai succès.

Je pensais qu’il y aurait 10.000 pré-commandes, ce qui est déjà énorme pour une BD. Les gens ont pré-commandé en majorité le dernier pack avec toutes les pièces à conviction. Cela montre qu’il y avait une envie d’en voir plus, ça nous fait trop plaisir. Je ne le prends pas comme de la pression, ça veut dire qu’il y a une fanbase de Sombre qui sont des pros de ça et qui veulent en voir plus.

Retardée à cause du Covid-19, la tournée de votre album Oxyz pourra-t-elle se faire ?

Je ferai une tournée en 2023 à mon avis. Je veux sortir plus de fils. Même là, je me suis beaucoup plus trouvé en musique. Je fais vraiment la tournée à fond donc je préfère avoir beaucoup de sons à jouer sur scène.

READ  Une vie meilleure : le comédien Eric Fastin décède

Donc vous continuez à travailler sur des productions ?

A mort, bien sûr, ça n’arrête pas.

Pour un deuxième album ?

On verra ce que l’avenir nous dira (rires).