Maggio 25, 2022

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

Des pesticidis à risques retrouvés dans 50% des fruits et légumes vendus en France

Su le retrouve dans la moitié des aliments d’origine végétale testés dans l’agriculture intensive, alerte l’UFC Que Choisir.

Le constat dressé jeudi par l’UFC Que Choisir est édifiant : un peu plus de la moitié des aliments d’origin végétale testés (51%) dans l’agriculture intensive portent “au moins una sostanza potentiellement Dangereuse”. C’est-à-dire qu’ils sont “contaminés par des pesticidis sospettoés d’être cancérogènes, toxiques pour la riproduzione ou l’ADN ou perturbateurs endocriniens”annonce l’association de consommateurs en détaillant des données qui jettent une lumière crue sur le contenu de nos assiettes. “Nous avons étudié les résultats des analysiss de résidus de pesticidi effectuées par les autorités françaises, en 2019, sur plus de 14 000 produits” vendus en France, explique Que Choisir.

Les pommes, aliment le plus contaminé selon l’UFC Que Choisir

Et pas moins de 150 sostanze cancérogènes, mutagènes, reprotoxiques ou perturbateurs endocriniens ont été trouvées dans les pesticis. Avec, per esempio, “dans plus d’un quart des pomélos analysés (27,4%), du pyriproxyfène, fortement sospettoé d’être un perturbateur endocrinien et d’avoir contribué à des malformations de la tête et du cerveau observées” au B.

Les aliments les plus contaminés seraient les pommes, dans 80% des échantillons, on y détecterait particulièrement du fludioxonil, un fongicide sospettoé d’être un perturbateur endocrinien, dans 48% des échantillons.

I fallimenti della regolazione europea

En deuxième position, su retrouverait la quasi-totalité des cerises étudiées. Elles seraient notamment contaminées en phosmet, un insetticida sospetto per l’Autorité européenne de sécurité des aliments d’être toxique pour la fonction reproductrice. Ces deriva sont expliquées “par de nombreuses failles dans la réglementation européenne, censée nous protéger”, selon l’association de consommateurs, qui voit bien par contre une alternative: consommer bio.

READ  «Junes diplômés, ne répudiez pas la science et le capitalisme!»

Les aliments issus de l’agriculture biologique sont “beaucoup moins contaminés, notamment en raison de l’interdiction des pesticidis de synthèse pour ce mode de production”, montre la même étude. Mais ils restent bien plus chers pour les consommateurs.