Maggio 25, 2022

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

Covid : atrophie du cerveau, risques d’AVC… ces effets recensés sur le long terme, même après une form légère

Les dernières études menées mettent en évidence les séquelles potentielles sur le long terme dopo un’infezione au Covid, que vous ayez eu une forme grave ou légère de la maladie. Ces dernières doivent encore être affinees mais alertent tout de même : le coronavirus n’est pas sans conséquence sur notre santé.

Deux ans plus tard, le Covid présente encore bien des mystères. Si l’élection présidentelle et la guerre en Ucraina ont pris le pas sur le reste de l’actualité, la pandémie de coronavirus n’a pour autant pas disparu. In effetti, ce dimanche 10 avril, Santé Publique Francia faisait état d’une hausse des ospedalizzazioni, 401 nouvelles ospedalizzazioni lors des dernières 24 ore più esattezza, soit 1 598 nouvelles ospedalizzazioni par jour en moyenne sur les 7 derniers jours. Su sait que les contaminas persistent, mais que sait-on des effets du virus après une infezione sur le long terme ?

Augmentation du rischio di patologie après une infezione

Plusieurs études récentes ont constaté qu’après une infezione, le risque d’autres pathologies augmentemême pour ceux qui ne présentent pas de facteur de risque, ne développent pas de forme grave et ne sont pas touchés par le Covid long, rapelle franceinfo.

En avril 2021, trois chercheurs de l’Université de Saint-Louis (Etats-Unis) ont réalisé une étude, publiée par la revue Natura. Cette Dernière identifiait une série de problèmes de santé qui touchaient plus fréquemment les personnes ayant eu le Covid-19. Les chercheurs ont consstate que les personnes infectées, hospitalisées ou non, présentaient davantage de troubles respiratoires et souffraient aussi plus de “troubles du système nerveux et neurocognitive, de la santé mentale, du métabolisme, cardiovasculaires, gastro-intestinaux, malaises, fatica, douleurs musculosquelettiques et anémie” que les personnes au profil similiire n’ayant jamais été testées positives.

READ  Nantes entra in modalità fantascienza con il ritorno di Utopie!

Publiée le 18 août dernier, une autre étude établie par des chercheurs britanniques montrait déjà que chez somes pazienti ateints de Covid-19, une atrofia della matita grigia del cerveau est osservare. Et les résultats de cette étude sont les memes chez des personnes hospitalisées avec des forme graves comme chez les personnes ayant présenté peu de symptômes. Des résultats similaires à l’étude menée en aprile 2021. Cette atrophie est habituellement observée au cours du vieillissement, comme le souligne LCI.

Edizione di ottobre 2021, une étude indiquait que des personnes ayant contracté le Covid auraient des problemi di memoria e di concentrazione des mois après leur infezione.

Des problèmes cardiaques plus frequents

Une étude portant sur les risques cardiovasculaires a permis de mettre en lumière un osé d’AVC plus élevé chez les personnes testées positives au coronavirus (più de 150 000 ont été observées). Ce risque est en effet multiplié par 1,52 dans l’année suivant l’infection, le risque d’embolie pulmonaire par 2,93, celui de sindrome coronarien aigu par 1,72.

Les malades guéris du Covid-19 présentent égallement un risque plus élevé de développer des pathologies liées aux reins, selon une étude de la même équipe américaine, publiée en novembre dans le Giornale della Società americana di nefrologia. Les données pointent en particulier un osé d’insuffisance rénale terminale multiple par trois chez les anciens malades du Covid-19 (et par 2,15 chez ceux qui n’ont pas été hospitalisés), détaille franceinfo.

Risques de démence, diabete…

Les auteurs d’un article publié per la rivista Scienza en janvier, notent que les atteintes observées chez certes malades “soulèvent la possibilité que l’infection puisse accélérer ou déclencher le développement futur de malades neurodégénératives come le malattie di Alzheimer o di Parkinson”.

READ  Covid : démence, lésions... un déclin cognitif accéléré mis en avant dans une nouvelle étude ?

Une dernière étude de ces données, publiée le 21 mars dans La lancettaosservare que les personnes guéries du Covid-19 ont plus de chances (+40%) de développer un diabète de type 2 dans l’année qui suit.

Enfin, une étude intitulée “Cosa scatena il COVID grave? Le cellule immunitarie infette contengono indizi“, publiée dans la rivista Natura ce mercredi 6 avril demontre comment le coronavirus infecte les cellule immunitaires et provoca une risposta inflammatoire massive du corps.

L’infectiologue Olivier Robineau temporise toutefois chez nos confrères de franceinfo : les études récentes montrent “un surrisque indiscutable” de certees pathologies pour les malades du Covid-19, “mais sur des événements qui restent rares”.

ll rappelle aussi que d’autres éléments, comme le tabac et l’alimentazione, sont des facteurs de risque à ne pas négliger.