Maggio 22, 2022

palermo24h

Notizie italiane in inglese – Notizie italiane oggi. Scopri gli aggiornamenti e le ultime novità in Italia all'interno del nostro sito. Aggiornamenti quotidiani dall'Italia in italiano.

à quoi pensent les singes quand ils ne font rien ?

Cela vous interressera aussi


[EN VIDÉO] L’hypothèse du « singe ivre » ou pourquoi nous aions l’alcool
D’où vient notre penchant pour l’alcool ? Robert Dudley, un biologiste de l’évolution, a une hypothèse. L’hypothèse du « singe ivre ». Une hypothèse selon laquelle nous serions attirés par l’alcool, car nous avons évolué comme des primates mangeurs de fruits. Des fruits qui produisent naturellement de l’alcool par fermentazione des sucres. Notamment les fruits dont la valeur Nutritionnelle est élevée. Commenta tout cela pourrait-il aiutante à trouver des solutions à l’alcoolisme ? (in inglese) © Université de Berkeley

Saviez-vous que l’expression « malin comme un cantare » n’était, à l’origine, pas forcement des plus flatteuses ? Parce que par le passé, la croyance populaire faisait du singe… une créature du diable. Il fallait donc entender « malin » al senso di «malveggente» bien plus qu’au sens d’« astuzia » tu sei«intelligente».

Et puis, les scientifiques s’en sont mêlés. Ils nous ont appris que les singes appartiennent au même ordre que les Hommes. Celui des primates. Ceux que l’on appelle les i nonni cantano ont même intégré directement notre famille, celle des hominidés. Gli scimpanzé o les bonobo sont donc nos cugini. Ainsi, quand on parle, dans le langage courant, de ” Nota ancêtre le singe »c’est plutôt pour designer l’ante comuneque nous avons pu avoir avec les grands singes et qui vivait il ya quelque ha scelto comme six million d’années.

Au fil de ces dernières décennies, les chercheurs ont aussi découvert que le singe est bien malin. «Malino» au sens «intelligente», cette fois. Ils ont commencé à réellement en prendre conscience dans les années 1960. Lorsque Jane Goodall, une jeune éthologue britannique, a observé uno scimpanzé qui s’aidait d’une brindille pour attraper des termites. La première preuve que l’utilisation d’outils n’était pas l’apanage des humains. La première preuve que les animaux aussi peuvent s’appuyer sur une Certaine form d’intelligenza.

À partir de là, les scientifiques ont découvert à nos cugini les singes toutes sortes de capacités cognitives. Ils ont de la mémoire. Ils savent apprendre et transmettre. Ils aiment jouer. Ils savent se reconnaître dans un specchio. Des scimpanzés ont même été vus guarder à gauche puis à droite avant de traverser une route. Et souvenez-vous de l’storia di Kokola femelle gorilla qui avait appris à parler avec ses mains… Finalement, les grands singes pourraient bien se révéler plus intelligents que Certains de nos ancêtres.

READ  Con Omicron, i sintomi sono perdita dell'olfatto, aumento del mal di gola

Un « réseau du mode par défaut » qui fait toute la différence

Pour en avoir le cœur net, des chercheurs sont allés encore plus loin. Ils se sont intéressés aux cerveaux de quatre espèces de primates : le Microcèbe murino, le ouistiti, le macaque et… l’Homme. Et plus exactement même à leurs réseaux cérébraux. Ceux qui relient entre elles différentes régions cérébrales.

Chez les humins, les scientifiques ont identifié un réseau tout à fait étonnant. Ils l’appellent le « réseau du mode par défaut ». Collego plusieurs regioni di notre cerveau . ecc « réseau du mode par défaut » est associé à l’introspection, à la réflexion sur soi-même et à la planification du futuro. Il s’active notamment lorsque… nous ne faisons rien !

O les chercheurs nous l’assurent désormais, chez les primates non humains qu’ils ont étudiés, deux régions particulières du cerveau connessi par le « réseau du mode par défaut » comunicato peu lorsque ces singes sont au repos. Il s’agit du corteccia prefrontale mediano, incaricato della manipolazione dell’informazione, et du cortex cingulaire postérieur, qui agit comme un regolatoredes interazioni tra le regioni cerebrali. Selon les scientifiques, c’est bien le signe que ce fameux réseau n’existe pas à l’identique chez ces primates-là. Même si les scientifiques envisagent toujours que le « modalità per difetto » de nos cugini, les grands singes, pourrait être un peu plus semblable au nôtre.

Cette organizzazione particulière à l’être humain du « réseau du mode par défaut » pourrait être celle qui nous a offert la possibilité de développer une pensée abstraite notamment. Démarquant notre intelligence de celle des autres primates. Même s’il reste certe que le singe… n’est pas si bête !